2500 km au coeur du désert!

En 1967, un passionné du Sahara et de l'aéroplage, M. Jean du Boucher convaint Christian Nau, alors âgé de 23 ans et étudiant à l'E.N.P.C. où il poursuit des études d'ingénieur du son, de participer à la première grande traversée du Sahara en char à voile, dont le départ est fixé le 9 février.Les frais du voyage sont sponsorisés par le directeur du Parisien Libéré, en contrepartie de quelques articles pour son journal.Le grand jour arrive enfin et le 8 février les participants et leur équipe sont prêts. La grande aventure commence pour Christian UNE AVENTURE DE 3000 KM, la première de nombreuses autres.

COLOMB-BECHAR-NOUAKCHOTT

Le voyage se déroulera en trois étapes. La première de Colomb-Béchar à Tindouf, une distance de 883 km en 14 jours. La seconde de Tindouf à Zouérate, un total de 878km en 10 jours et enfin la dernière étape de Zouérate à Nouakchott qui fait 742 km et qui achèvera le voyage le 15 mars sur les rives de la capitale Mauritanienne.

"Le 15 mars, vers 17 heures, c'est l'arrivée triomphale à Nouakchott. L'accueil de la population est délirant. Nous entrons dans la capitale, à la voile, assis sur nos chars, et nous nous rangeons ensuite face à l'Hôtel Marahaba, sous les applaudissements d'une foule colorée.

Le teint hâlé par le soleil, le visage envahi par une barbe d'un mois, les traits burinés par les efforts fournis au long de ces kilomètres de désert, nous nous embrassons avec émotion.Toutes les difficultés et toutes les fatigues s'estompent pour ne faire place qu'à la joie de la victoire".

Cette première régate transsaharienne sera suivie d’une “Croisière des Oasis” en 1969, entre Laghouat et El Goléa, sur des chars construits par Pierre Demoury

L' appel de l'aventure

Conquis par le désert, Christian Nau prépare une expédition en solitaire qui le mène de Zouerate en Mauritanie à Dakar au Sénégal. Il poursuit encore ses conquêtes terrestres pendant quelques années : on le voit faire du char au pied du Piton de la Fournaise à la Réunion, puis à l’extrême sud, aux Iles Kerguelen, ou encore dans la Vallée de la Mort en Californie. Plus récemment, il s’est intéressé au char à voile sur rail, on l’a vu en Bolivie et en Australie accomplir de nouveaux exploits et battre un record de vitesse sur le rails du T.G.V. en 1992 : 71,41 km/h.

Côté aventure, Christian Nau a, semble-t-il, déclenché quelques vocations pour des expéditions lointaines. Bon nombre tentent encore de démontrer qu’avec du vent, deux bras et de la volonté, on peut créer l’exploit. Inspirateur du Speed-Sail, Arnaud de Rosnay parcourt 1.300 kilomètres de régions semi-désertiques en Afrique en 1979. Michel Vincent, lui, traverse le Salar, un lac salé de 20.000 km2 à 3.800 m d’altitude, en Bolivie, alors que les Valdenaire et Pierre-Luc Poujol se lancent à travers le Sahara en 1990.

A la fin du 20ème siècle,le magazine VOGUE HOMME international choisit de consacrer un dossier sur les aventuriers et sportifs de l'extrême et fait poser 23 personnalités de renommée mondiale, en tenue de soirée. Parmi elles, le char à voiliste Christian Nau que l'on reconnaît les bras écartés en haut à gauche.

photo vogue